ouverture du forum sous sa toute nouvelle version, bienvenue
pour les membres de la version 1 vous pouvez récupérer vos anciens sujets ici
anipassion.com
Partagez | 
 

 end of the day (eira)

Aller en bas 
AuteurMessage


je suis un habitué, mais je t'aime quand même

avatar

pseudo : spf
arrivée en ville : 19/08/2018
mots d'amour : 54
points : 60
avatar : jamie dornan
crédits : delreys
statut : en instance de divorce
job/études : chirurgien pédiatrique au st michael's hospital
âge : trente-six


me and my broken heart
.:
rp: open

MessageSujet: end of the day (eira)   Lun 20 Aoû - 22:11


END OF THE DAY
@Eira Ashcroft
---

Tu viens de refermer la porte de ton casier, son petit grincement habituel te rappelant que tu as terminé ta journée. Après un service d'un peu plus de 48h, tu peux envisager de rentrer chez toi pour te reposer. Et ce soir là, tu ne dis pas non. Tu as besoin de dormir, mais surtout d'aller boire un verre, pour remettre en ordre tes pensées. Cela t'évitera aussi de retrouver cette maison silencieuse, de laquelle ta future ex-épouse à préféré déserter en attendant la signature des papiers. Tu songes changer de domicile, pour la simple et bonne raison que tu n'as pas envie de vivre au milieu de vos souvenirs communs. Mais ce n'est vraiment pas le moment de penser à ça, tes pensées tournées vers cette dernière opération que tu as effectué sur un enfant de 5 ans. Dans le domaine de la médecine, on parle très rarement de miracles, mais il faut croire que ça l'était pour lui. Ce n'était vraiment pas son jour, sa belle étoile présente au-dessus de la tête. Tête dans laquelle tu te voulais minutieux. Le combat de ce petit garçon avec la mort te rappelle combien les enfants peuvent être redoutables et costauds. Ils donnent des leçons de vie aux adultes, cela ne fait aucun doute ! Le crochet de ta montre refermée, c'est bientôt la porte du vestiaire qui s'abat après ton passage. Remettant le col de ta veste, tu salues quelques têtes du service avec un sourire poli et approches des portes d’ascenseurs pour y entrer. D'une simple pression sur le bouton, celui-ci s'ouvre et tu entres, glissant ta main pour éviter la fermeture soudaine pour laisser à la personne qui court jusqu'ici, la possibilité de partager la cabine. Et tu la reconnais bien facilement d'ailleurs, quand les portes métalliques se rouvrent dans leur intégralité. ''Bonsoir Mademoiselle Ashcroft.'' Tu pensais qu'elle était déjà partie, l'ayant invité à te suivre dans le bloc opératoire avec un autre interne afin de mieux assister à l'opération et apprendre ainsi de ta pratique. ''Vous avez appréciez l'opération ?'' C'est tout toi, ça. Parler travail alors que la journée se termine. Il semblerait même que tu es oublié qu'elle soit en week-end dès à présent. Faut dire que tu ne l'es pas toi, et que tu n'as pas non plus connaissance de ses horaires, bien que presque puisqu'elle fait partie des élèves que tu as prises sous ton aile pour l'accompagner dans son enseignement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


je suis un habitué, mais je t'aime quand même

avatar

pseudo : sayo
arrivée en ville : 19/08/2018
mots d'amour : 65
points : 75
avatar : magdalena zalejska
crédits : spleen.ocean
double compte : aucun
statut : célibataire, le coeur qui s'emballe trop vite
job/études : interne en médecine
âge : vingt quatre ans


MessageSujet: Re: end of the day (eira)   Lun 20 Aoû - 22:54


END OF THE DAY
@Thom Mobley
---

Cet internat à l'hôpital, c'était une des meilleures expériences de sa vie. Et pourtant cela ne faisait que quelques jours qu'Eira avait entamé cette partie de sa formation. La dernière ligne droite comme elle et ses amis aimaient l'appeler. Elle avait encore trois ans et c'était fini, elle pourrait commencer sa nouvelle carrière. Carrière pas encore choisi d'ailleurs. Eira hésitait encore entre deux spécialités et elle n'avait plus que cette année pour se décider. La chirurgie ou la médecine légale. Si elle essayait de passer du temps dans un peu tous les services, sa journée fut bien chargée avec le tuteur qu'elle préférait. Déjà par son talent, sa pédagogie mais aussi pour bien autre chose. Une chose que trop peu professionnelle. A peine avait elle posé ses yeux sur lui qu'elle sentit tout son corps se faire parcourir d'une décharge qu'elle ne connaissait que trop bien. Le crush majeur. Pas encore les vrais sentiments amoureux mais il ne faudrait presque plus grand chose pour que son petit cœur d'artichaut bascule. Et il avait fallu qu'il soit son tuteur durant cette année. La vie avait vraiment décidé de la malmener jusqu'au bout.

Eira avait d'ailleurs été choisie pour assister à une opération. Sauver la vie d'un enfant de cinq ans. Ses poumons avaient décidé d'en faire des siennes avant même que le gamin n'ait eu le temps d'apprendre le mot cigarette. C'était une opération délicate et Eira était là pour observer. Elle regarda tous les membres du corps médical, infirmière comme médecin. Puis toute son attention se focalisa sur Thom, le chirurgien. Elle épia chacun de ses mouvements, surtout ses mains. Elle maudit ce pincement au cœur quand elle devina l'alliance sous le gant en latex. Rappel qu'elle n'était pas là pour se trouver l'âme sœur mais pour apprendre.

Sa journée terminée, Eira préféra rester dans l'hôpital, se rendant à la morgue pour y voir le responsable. Elle passa de longues minutes à discuter quand son téléphone la rappela à l'ordre. Sa sœur s'inquiétait qu'elle ne soit pas encore rentrée. Ses talons raisonnèrent dans les couloirs et elle accéléra en voyant que l'ascenseur allait se fermer devant elle, puis elle le vit. Elle ralentit d'elle même, et pas parce qu'elle entrait dans l'habitacle. « Merci beaucoup docteur Mobley. » souffla t'elle tout sourire. Toute son assurance semblait miraculeusement s'envoler. Maudit cœur de midinette trop fragile. « Vous avez appréciez l'opération ? » demanda t'il. Elle se retourna vers lui, le sourire jusqu'aux oreilles « C'était très intéressant et une chance que ce bébé ait survécu. » Puis plus rien. Eira ne savait plus quoi dire, elle regarda un instant le bouton s'allumait au fil des étages. Meubler. Il fallait meubler. Ne pas laisser de vide, car le vide ça allait être encore pire. Elle trouva un truc bateau, banal, question qu'il avait sûrement entendu mille fois « Je peux vous poser une question personnelle ? Quand avez vous su que vous seriez médecin ? » Elle planta quelques instants son regard dans les yeux azurs mais pas trop longtemps, sentant son cœur tambouriner un peu trop.


Dernière édition par Eira Ashcroft le Jeu 23 Aoû - 16:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


je suis un habitué, mais je t'aime quand même

avatar

pseudo : spf
arrivée en ville : 19/08/2018
mots d'amour : 54
points : 60
avatar : jamie dornan
crédits : delreys
statut : en instance de divorce
job/études : chirurgien pédiatrique au st michael's hospital
âge : trente-six


me and my broken heart
.:
rp: open

MessageSujet: Re: end of the day (eira)   Mar 21 Aoû - 17:48

END OF THE DAY
@Eira Ashcroft
---

Sitôt la jeune femme entrée dans la cabine d’ascenseur, que sitôt tu te souviens d’une chose dont tu as pensé. Cela te rappelle que tu n’as eu l’occasion de lui dire, de lui rappeller cette information qui s’avère malgré tout capitale dans votre domaine professionnelle. Il faut dire aussi que tu n’as pas fait remonter l’information auprès de tes internes, celle-ci vous ayant été communiqué il y a peu aussi. Alors dans un coin de ta tête, tu te dis que lundi tu n’oublieras pas d’expliquer à tes élèves ce qu’on attend d’eux en terme d’hygiène. Peut être même que tu devrais t’arranger pour qu’ils le savent avant la reprise du début de semaine. Il va falloir que tu trouves un moyen.
Dans le reflet presque miroitant des parois, tu peux la voir, l’observer discrètement alors que de sa voix enjouée, elle exprime le plaisir qu’elle a eu d’avoir été conviée autour de la table d’opération pour ce jeune garçon. Cela te rappelle quand tu étais toi-même interne, avide d’en savoir plus, toujours présent et toujours volontaire. D’une curiosité folle sur laquelle on pouvait te taquiner alors qu’au fond c’était clairement positif. Le silence se pose entre vous et tu as une nouvelle fois la possibilité de penser que tu pourrais vraiment aller boire un verre avant de retourner chez toi. Mais c’est sans compter la petite voix de ton élève qui s’élève à nouveau. ’’Je peux vous poser une question personnelle ?’’ Tu fronces légèrement les sourcils avant de tourner la tête dans sa direction et de la regarder avant que ton air se détend à son tour pour paraître calme et détendu. ’’Quand avez-vous su que vous seriez médecin ?’’ Cela te fait rire, instantanément en vérité. Et tu pouffes une dernière fois avant de croiser à nouveau son regard. Elle doit se demander pourquoi tu ris d’elle mais ce n’est vraiment pas le cas. ’’C’est exactement la même question que j’ai posé à un de mes professeurs à l’époque.’’ Machinalement, tu passes ta main sur ta barbe. Une brève seconde, assez pour réfléchir à ta réponse. ’’Depuis que je suis petit, mais quand est-ce que j’allais le devenir…c’est une tout autre question. A force de persévérance et de travail on arrive à son but. Le secret c’est de retenir tout ce qu’on peut nous donner et profiter des multiples enseignements que l’on peut avoir. On se rend compte qu’on est docteur le jour où on l’est vraiment. Où on est seul et unique responsable de notre travail…et de la vie d'autrui. Autrement on n’a pas le temps d’y penser.’’ Tu dis tout cela, d'un regard bienveillant et attentif. Observateur. Les portes de l’ascenseur s’ouvrent à l’instant et tu sors déjà pour débouler dans le grand hall d’accueil. La jeune interne, toujours à ta hauteur et quand vous, vous trouvez enfin dehors, tu en profites pour rajouter : ’’Je voulais vous rappeller qu’il est interdit de porter du parfum ou ne serait-ce qu’une eau de toilettes. Pour question d’hygiène. C’est inscrit dans le dossier informatif que je vous ai distribué à votre arrivée. Je rappellerai ce point lundi matin mais si vous avez l’occasion de croiser vos camarades, dites le leur.’’ Car oui, même si ça n’avait pas été désagréable de sentir les effluves de son parfum pendant que tu opérais, c’était hors des réglementations de l’hôpital.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


je suis un habitué, mais je t'aime quand même

avatar

pseudo : sayo
arrivée en ville : 19/08/2018
mots d'amour : 65
points : 75
avatar : magdalena zalejska
crédits : spleen.ocean
double compte : aucun
statut : célibataire, le coeur qui s'emballe trop vite
job/études : interne en médecine
âge : vingt quatre ans


MessageSujet: Re: end of the day (eira)   Mar 21 Aoû - 22:08


END OF THE DAY
@Thom Mobley
---

Etre là, avec lui... Eira ne savait pas trop comment se comporter. Elle se balançait doucement un pied à l'autre, passait la main dans ses interminables cheveux bruns. Pour éviter toute perte de contenance, elle préféra alors engager la conversation. Sur une sujet banal car clairement si son cœur s'emballait au moindre battement de ces cils, elle ne savait strictement rien de lui. Et l'amoureuse transit qu'elle pouvait être se dit qu'en lui posant des questions aussi bêtes, elle apprendrait à le connaître, un peu plus. Elle lui demanda alors comment il avait su qu'il voulait être médecin. Il pouffa presque automatiquement. T'as vraiment posé une question de merde se reprocha t'elle. Puis il finit tout de même par lui répondre. Elle but ses paroles, ne pouvant détacher son regard du mouvement de ses lèvres – comme hypnotisée. Il parlait de la médecine comme elle parlait de la danse. C'était beau, c'était intense. Elle esquissa un sourire, presque heureuse d'avoir posé cette question.

Puis l'ascenseur leur rappela qu'il y avait un monde extérieur, un monde qui bougeait et qu'ils ne pouvaient pas rester que tous les deux éternellement. Enfin ce rappel était certainement beaucoup plus pour Eira que pour Thom. Elle quitta l'ascenseur et posa à nouveau son regard sur le médecin quand il parla à nouveau. « Je voulais vous rappeler qu’il est interdit de porter du parfum ou ne serait-ce qu’une eau de toilettes. Pour question d’hygiène. C’est inscrit dans le dossier informatif que je vous ai distribué à votre arrivée. Je rappellerai ce point lundi matin mais si vous avez l’occasion de croiser vos camarades, dites le leur. » A cette remarque, Eira posa instinctivement sa main sur sa gorge. Elle avait mis son parfum comme à son habitude mais effectivement dans le corps hospitalier mieux valait éviter toute odeur trop forte. Puis elle mit à s'imaginer quand elle s'était approchée de lui durant l'opération, il avait dû tout sentir, qu'est ce qu'il en avait pensé ? Avait il aimé cette odeur ? Ses pensées divaguèrent et le rouge monta à ses joues sans qu'elle ne puisse rien faire, elle balbutia comme elle put « Je … Je... Je suis vraiment désolée... Promis ça ne se reproduira pas... » Si elle pouvait entrer dans un trou de souris, elle s'y serait cachée volontiers. Son téléphone se mit à vibrer, sauvée par le gong pour espérer penser à autre chose. Les autres internes étaient arrivés au bar, elle était la dernière et en retard pour faire la fête. Elle remit son téléphone dans sa poche et tout en essayant de reprendre de la contenance, elle lui dit « Je les rejoins justement. Pour boire un verre et fêter notre première semaine d'internat. Je vais leur dire pour le parfum. » Puis elle marqua un temps d'arrêt et se mordit discrètement l'intérieur de la lèvre inférieure, une idée lui traversa l'esprit « A moins que... vous souhaiteriez vous joindre nous. » Eira avait très envie de passer plus de temps avec lui et elle se dit que le prétexte de la soirée entre internes pouvait être une super idée. De plus, entourée par les autres, elle devrait se forcer à bien se tenir. Mais elle se rappela aussi de son alliance. Cet anneau doré qui serrait la gorge de l'interne à chaque fois qu'elle y pensait « Votre femme vous attend sûrement, je ne veux pas vous retenir. » Mais au fond d'elle, qu'est ce qu'elle avait envie de le retenir...

―――――――――――――――
enjoy the silence
I'll be fine I'll be waiting patiently Till you see the signs And come running to my open arms When will you realize Do we have to wait till our worlds collide. ▬ Depeche mode + it's no good.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


je suis un habitué, mais je t'aime quand même

avatar

pseudo : spf
arrivée en ville : 19/08/2018
mots d'amour : 54
points : 60
avatar : jamie dornan
crédits : delreys
statut : en instance de divorce
job/études : chirurgien pédiatrique au st michael's hospital
âge : trente-six


me and my broken heart
.:
rp: open

MessageSujet: Re: end of the day (eira)   Jeu 23 Aoû - 18:48

END OF THE DAY
@Eira Ashcroft
---

Tu devines quelque peu son malaise, mais tu penses seulement que c’est dut au fait que les cours ont seulement commencé en début de semaine. Et puis c’est un comportement que tous les internes possèdent envers leurs supérieurs. Toi même tu étais ainsi, impressionné. Envieux aussi de l’assurance que tes ainés pouvaient dégager. Aujourd’hui c’est toi qui est à cette place, bien qu’il reste des chirurgiens plus anciens que toi et que le respect et le même, tu connais cette impression de devoir assumer une image comme celle-ci. Alors que véritablement, tu restes modeste. La conversation s’engage, d’une question toute simple, pas vraiment bête. Amusante mais intéressante. Cela te fait plaisir de lui parler, d’échanger en dehors de ces journées où le rythme est tellement soutenu qu’on a pas forcément le temps d’apprendre à connaître ses élèves. Pas comme on voudrait du moins. Pas quoi toi tu veux… les autres professeurs, tu sais vaguement leur approche sur ce sujet. C’est que tu prends tout à coeur. S’ils vont apprendre à te connaître et à savoir que tu es exigeant, c’est seulement pour les pousser au mieux de leurs capacités. Tu veux qu’il se dépassent pour mieux grandir et les voir s’affirmer te rendra fier d’eux. Tu caches juste un peu plus ce côté de ta pédagogie. Sans doute par pudeur.

Quand les portes métalliques s’ouvrent, tu ne perds pas une seconde pour filer au-dehors. Là, où il commence à faire frais car les températures cessent enfin d’être étouffantes. Ca fait du bien de sentir cette légère brise souffler sur ton visage. C’est ton habitude : fermer les yeux une brève seconde et profiter de ce calme après le travail. De ce rituel, tu as seulement supprimer un point. Celui de te griller une cigarette. Tu as arrêté il y a 2 mois et jusqu’ici tu n’as pas craqué une seule fois. Tu compenses avec le sport que tu fais en plus. Tu te lèves toujours un peu plus tôt pour aller courir au petit matin. Avant même que l’aube se lève en somme. Tu lui fais part de ton observation sur le parfum et si la presque pénombre vous enveloppe, tu remarques malgré tout le rouge vif qui s’invite progressivement sur ses joues. Tes lèvres s’étirent doucement en un sourire en coin. Elle balbutie. ‘’Je…je…je suis vraiment désolée…Promis ça ne se reproduira pas…’’ Tu n’as aucun doute là-dessus et c’est bien pour cela que tu ne prends pas la peine de rallonger ce sujet de conversation. Il est temps pour toi de rentrer. Il est temps de la laisser filer à ses occupations, comme toi, de partir aux tiennes. La jeune Eira t’explique qu’elle va justement rejoindre le reste des internes pour fêter leur première semaine. ‘’Profitez bien dans ce cas et passez une bonn..’’, commences-tu avant de l’entendre à nouveau : ‘’A moins que…vous souhaiteriez vous joindre à nous.’’ Tu avais commencé à partir mais sa voix t’avait retenu, arrêté dans ton élan tu étais à demi tourné dans sa direction. C’est très aimable de sa part mais tu ne te vois pas squatter une soirée étudiante. C’est leur moment et puis tu considères qu’il est important de garder une certaine distance avec tes élèves. T’es juste un formateur. Certes une personne importante dans leur épanouissement professionnel mais votre route ne fait que se croiser et pour l’essentiel : le savoir, l’échange. ‘’Votre femme vous attend sûrement, je ne veux pas vous retenir.’’ Tu louches ainsi sur ton alliance. Anneau d’or que tu portes toujours malgré la procédure de divorce. Pourquoi la portes-tu toujours ? Pourquoi as-tu du mal à t’en détacher ? Probablement parce que tu es dans une phase où tu fais justement le deuil de ton mariage et que le jour où tu l’as quitteras, cela voudra dire que tu es souffres moins de vos souvenirs communs. Eira n’a pas besoin de savoir ton trouble, mais tu ne laisses rien transparaître. ‘’Bonne soirée Mademoiselle Ashcroft.’’ Et tu t’effaces doucement, partant de ton côté. (…)

Tu as fermé la porte de ta maison sous les coups des 23h30. Te voilà plus frais après une douche et apte à prolonger la soirée autour d’un verre. Chemise propre pour l'occasion car t'es pas le genre de gars négligé non plus. Mais un jean à la placé. En somme, tu es dans une tenue décontractée. Verre dont tu pensais depuis que tu as fermé ton casier dans le vestiaire des titulaires. Tu es loin de te douter un instant que tu es sur le point de rejoindre le bar où Eira et les autres internes se sont donnés rendez-vous pour décompresser. En fait, tu aurais dut y penser car toute les années, c’est un rituel de venir ici, au Covell. C’est le repaire de toutes les promotions, sans exceptions. Et c’est resté ta case avec les années. Quand tu entres, tu ne la remarques d’abord pas. De part la foule habituelle et tu progresses jusqu’au bar pour y commander un whisky auprès de ton ami. ‘’Salut Clay ! Comme d’habitude s’il te plaît.’’ Tu souris doucement et t’assois sur un haut tabouret pour attendre, mais pour y rester un peu avant de tourner et croiser les connaissances que tu vois toujours ici. C’est en les cherchant justement du regard que tu remarques la bande d’interne et la tête brune de Eira, qui rit en ce moment même. Aïe, t’avais pas prévu de fréquenter le même établissement que tes élèves. C’est raté, mais tu ne vas pas partir au risque de passer pour le chirurgien snobinard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


je suis un habitué, mais je t'aime quand même

avatar

pseudo : sayo
arrivée en ville : 19/08/2018
mots d'amour : 65
points : 75
avatar : magdalena zalejska
crédits : spleen.ocean
double compte : aucun
statut : célibataire, le coeur qui s'emballe trop vite
job/études : interne en médecine
âge : vingt quatre ans


MessageSujet: Re: end of the day (eira)   Mer 29 Aoû - 21:21


END OF THE DAY
@Thom Mobley
---

Etre dans cet ascenseur, avec cet homme… Eira restait impressionnée, intimidée telle une petite fille. Mais elle essayait de ne rien transparaitre et pour ça lui parler était la meilleure solution de lui faire oublier ce cœur qui s'emballait dès qu'elle croisait ses yeux clairs et puis elle pouvait glaner des informations sur lui, ce n'était pas plus mal. Puis les portes s'ouvrirent et le confort-inconfort de l'ascenseur s'estompa. Le malaise du départ s'installa. Eira avait encore envie d'être avec lui mais elle ne savait pas vraiment comment le retenir. Crush d'ado ridicule... Sur un coup de tête, elle lui proposa de les rejoindre. Quelle idée. Genre il avait envie de sortir un vendredi soir avec des internes qui allaient picoler plus que de raison... Elle ferait vraiment n'importe quoi pour deux minutes de plus à ses côtés... Elle voulait mieux le connaitre et pas qu’au boulot – c'était mal et elle sait. C’était stupide et surtout complètement inapproprié. De par son statut et son âge. C’est donc sans surprise qu’il la quitta d’un simple « Bonne soirée Mademoiselle Ashcroft. » A chacun des pas qui raisonnait dans le hall de l’hôpital, Eira sentait comme une fissure, devenir de plus profonde et douloureuse à chaque bruit de semelle. Si la déception parcourait chaque mètre carré de son corps, elle se secoua intérieur l’esprit m’enfin arrête d’être aussi sentimentale cœur d’artichaut ! Le nouveau son d'un message la sortit de sa torpeur. Ils l'attendaient vraiment. A son tour ses talons claquèrent dans le hall, quittant son rôle d'interne pour sa vie d'étudiante.

Les six internes de l'hôpital s'étaient donnés rendez-vous dans un bar par loin. Au début simplement pour l'after work. C'était le moment de décompresser un peu et d'apprendre à se connaître, parler spécialité et cas rencontré durant l'internat. Ensuite ils allèrent manger ensemble dans un pub, on oublie le boulot et les études et on discute de tout. Famille, pourquoi la médecine, rêve, petits amis. Bien qu'ils ne se connaissaient pas encore vraiment bien, leur table était de loin la plus bruyante de l'établissement. Puis vint le temps de s'amuser et d'écumer le plus de bars. Après quelques bars, ils finirent par se poser au Covell, les filles ne plaignaient d'avoir mal aux pieds avec leurs talons. A défaut de faire plusieurs bars, ils enchaînèrent les verres et Eira commençait à avoir un sérieux coup dans le nez. Elle riait aux éclats devant n'importe quelle blague des autres jeunes, même des pas drôles. Mais chose moins amusante, leurs verres étaient vides. Eira se proposa d'aller payer la prochaine tournée. Elle se leva difficilement, hilare et s'approcha du bar en titubant légèrement. Elle s'accouda au comptoir et tendit légèrement le bras pour que le barman la remarque « barman, la même chose s'il vous plait ? » C'est à dire une série de cinq shots de tequila chacun. Elle tourna légèrement la tête et aperçut le docteur Mobley. Elle s'approcha de lui, le sourire jusqu'aux oreilles « Vous sortez finalement ! » dit elle un peu trop sûre d'elle. Avec l'alcool, elle n'était plus sûre de savoir où se trouvait encore la bienséance.

―――――――――――――――
enjoy the silence
I'll be fine I'll be waiting patiently Till you see the signs And come running to my open arms When will you realize Do we have to wait till our worlds collide. ▬ Depeche mode + it's no good.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


je suis un habitué, mais je t'aime quand même

avatar

pseudo : spf
arrivée en ville : 19/08/2018
mots d'amour : 54
points : 60
avatar : jamie dornan
crédits : delreys
statut : en instance de divorce
job/études : chirurgien pédiatrique au st michael's hospital
âge : trente-six


me and my broken heart
.:
rp: open

MessageSujet: Re: end of the day (eira)   Mer 29 Aoû - 22:16

END OF THE DAY
@Eira Ashcroft
---

Est-ce que ce serait juste de partir comme un voleur ? Car finalement, même si vos regards se sont croisés, Eira ne semble pas avoir réalisé que tu tenais vraiment là, aux abords du bar. Non…cela ne te ressemble pas, de prendre la fuite. Tant pis…de toute évidence, à quoi t’attendais-tu ? C’était même totalement logique que les internes allaient se retrouver ici, au Covell. C’était devenu un lieu incontournable squatté par toutes les blouses blanches de l’hôpital, toute promotion confondue. Tu aurais même été assez attristé de savoir que cette année, ça n’aurait pas été le cas. Alors tant pis, tu attends ton verre sagement, ayant reposé tes yeux sur l’étalage de bouteilles sur les étagères au mur.
Ton verre à présent dans les mains, il fait partie de ta préoccupation du moment, ton esprit tourné sur le liquide ambré qui s’y trouve et non plus sur les tracas de ta vie quotidienne. Tu es bien décidé à oublier ta femme ce soir, pour mieux t’endormir une fois que tu auras rejoins ton lit. Votre ancien lit…enfin ton lit tout court ! ‘’Barman, la même chose s’il vous plaît ?’’ Cette voix attire ton attention, probablement parce que tu l’as tout de suite reconnu. Et même si tu t’étais donné du mal pour ne pas tourner la tête, c’est bien ce que tu fais présentement. Tu ne peux pas la snober en somme. Ce serait impoli de ta part. Son air envouté par l’alcool te ferait sourire, mais tu le retiens, pas pudeur sans doute. ‘’Vous sortez finalement !’’ Bien vu. ‘’C’est exact. Je vois que vous avez adopté le Covell vous aussi. Le contraire aurait été dommage étant donné que c’est devenu presque le sanctuaire des internes et des médecins.’’ Tu dis cela, mais sans doute que Eira ne trouveras pas la chose intéressante. Ou peut être que tu te trompes oui. Tu penses finalement que ce détail l’intéressera. Tu jettes un coup d’oeil à la bande d’étudiants et puis louches sur les innombrables shots commandés par la jeune femme. ‘’Vous, voulez que je vous aide à les apporter à votre table ?’’ Et tu es même déjà debout en vrai, coinçant entre tes doigts quelques shots. Tu ne les embêteras pas plus longtemps, c’est juste histoire de leur rendre service. ‘’Dr Mobley ! Vous, vous joignez à nous ?’’ s’enjaille un des internes. Un brun pas très bavard, du moins plus discret que ses camarades. ‘’Je ne vais pas vous ennuyer, c’est votre soirée…’’ Tu passes pour le Dr un peu trop sérieux non ? Et ce serait mentir de dire que tu n’aimerais pas passer un petit bout de soirée avec eux quand même. Tu regardes brièvement Eira qui se tiens à côté de toi et tu lâches : ‘’Bon, c’est d’accord mais juste le temps que je termine mon verre.’’ Parce que tu bosses demain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: end of the day (eira)   

Revenir en haut Aller en bas
 
end of the day (eira)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eira

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
viens on s'aime  ::  - BRISTOL, ENGLAND -  :: old city-
Sauter vers: